Le refuge en danger: "J'aurais du mourir aujourd'hui"

Aller en bas

Le refuge en danger: "J'aurais du mourir aujourd'hui"

Message par The-weird-angel le Ven 15 Nov - 15:17

J’aurais dû mourir aujourd’hui

Istorn était assis sur le bord d’un rocher, contemplant la vallée silencieuse. Alors qu’il s’était perdu dans ses pensées, Somnifera fit son apparition vêtue de sa plus belle robe blanche aux reflets de jade.
Istorn se releva et s’empressa de prendre la grande norn dans ses bras. Il l’embrassa tendrement. Elle se laissa porter par cette étreinte enivrante.
Elle lui demanda bien vite pourquoi il l’avait invitée en ces lieux. Le norn lui répondit qu’il avait grandi ici et qu’il souhaitait lui faire découvrir ce à quoi il était attaché depuis sa plus tendre enfance. Somnifera flattée ne put que constater que le lieu était magnifiquement reposant et apaisant.
Istorn se réjouissait de la petite flamme qui éclairait le beau regard de sa belle. Il plongea peu à peu dans ses grands yeux verts quand soudain quelque chose l’interpella.

Il surprit un homme étrange qui était posté, non loin, derrière Somnifera. Il était tout de noir vêtu et portait une capuche. Ses bras tendus dressaient un arc court en direction de la jeune norn. Istorn comprenant ce qui était en train de se tramer, fit, sans un mot, pivoter la jeune femme. Il se retrouva alors, en une fraction de seconde, à sa place, ce qui lui laissa tout juste le temps de se prendre la flèche à la place de Somnifera.
La flèche s’enfonça dans la chair du norn qui ne broncha pas. Il agrippa les bras de sa norn pour la prier de s’enfuir. Il se retourna ensuite rapidement vers l’assassin. La jeune norn resta plantée là, pétrifiée. Son regard bloqua sur le dos de l’imposant norn. Le projectile qu’il avait réceptionné y était planté solidement près du cœur.
Istorn toujours impassible, analysa la distance qui le séparait de l’assassin et évalua le nombre de flèches que ce dernier était susceptible de tirer entre maintenant et le moment où il serait à sa portée pour l’abattre.
Il avança tel le norn à qui l’on aurait lancé le pire affront. L’assassin tira une première flèche qui pénétra son torse mais Istorn resta impassible.
Il se mit alors à crier haut et fort dans les entrailles de la vallée silencieuse :

- ON NE TOUCHE PAS…

Une deuxième flèche transperça soudain sa jambe. Le norn imperturbable continua à hurler :

- A MA…

Une troisième flèche frôla son visage durcit alors qu’il finissait de crier sa pensée :

- SOMNI !

L’assassin perturbé n’arrivait plus à viser. Les flèches passaient toutes à côté d’Istorn. Malgré ses blessures, ce dernier, arriva rapidement au niveau de l’assassin. Istorn baissa son masque pour lui montrer son visage. L’assassin ne s’attarda pas sur son faciès défiguré. Il était pétrifié par son regard. Dans ses yeux brillait une lueur obscure, une lueur qui faisait transpirer cette colère noire venue des tréfonds des enfers.
Istorn prit son fusil et mit en joue l’assassin. Sans un mot, il lui tira une balle dans la tête. Elle explosa dans un fracas sourd. Le corps s’écrasa au sol alors qu’un jus d’humanité dégoulina sur l’herbe verte.
Istorn contempla quelques secondes son propre corps et compta trois flèches, oubliant la plus importante, plantée près de son cœur.
Il se retourna ensuite vers Somnifera qui, sous le choc, n’avait pas bougé. Il lui sourit en tendant le bras dans sa direction comme pour la toucher une dernière fois.  Il s’effondra alors subitement sur le sol où il sombra dans le coma.

Somnifera finit par réaliser ce qu’il venait de se passer. Elle accourut, paniquée vers Istorn. Il était inerte sur le sol humide. Elle constata la gravité de ses blessures et tenta de le relever par la magie. Après un sort de souffle de vie, quelques mantras, et toute la puissance qu’elle possédait, elle comprit qu’aucune magie blanche n’aurait d’effet sur lui. Il y avait cet halo obscur autour de son âme, qui le protégeait de ses sorts bénis. Somnifera n’avait plus de solutions. Elle ne pouvait que le transporter à l’abri. Elle pensa immédiatement au refuge et à helle. Elle était peut-être sa dernière chance de le sauver. Elle était la gardienne la plus douée qu’elle savait disponible. La grande norn ouvrit alors un portail en direction du refuge et y ramena Istorn.
Sur place, elle s’effondra. Ses pleurs raisonnèrent dans tout le refuge noyant de grosses larmes sa robe qui était déjà couverte de sang.
Helle qui discutait avec Anya, l’entendit soudainement et accourut immédiatement dans sa direction. Elle remarqua alors le corps inerte d’Istorn. Elle interrogea l’envoûteuse pour comprendre la situation. Cette dernière lui expliqua brièvement qu’Istorn l’avait sauvé d’un assassin qui avait tenté de la tuer. Il avait pris une flèche près du cœur à sa place. Sans lui, elle serait morte au moment où elle lui parlait.
Somnifera fit comprendre à Helle que les assassins étaient déjà à leur recherche et qu’ils ne s’arrêteraient pas tant qu’ils ne les auraient pas tous tués. Helle, en colère lui affirma qu’ils mourraient avant eux.
La petite norn regarda les blessures d’Istorn pour évaluer la situation. Somnifera expliqua que la magie blanche n’avait aucun effet sur lui. Helle s’improvisa alors médecin puisque la magie semblait impuissante. Elle demanda à Somnifera de lui apporter une caisse de soin où elle sortit des bandages et un produit expérimental que lui avait donné une amie asura. Il s’agissait d’un mélange d’herbe et de magie obscure.
Helle retira les flèches une par une avec la plus grande précaution et demanda à Somni de bien presser les plaies pour que le produit pénètre dans les blessures et puisse agir. Elle reproduisit la manipulation à quatre reprises et demande à la grande norn de vérifier s’il y avait du mieux. Les saignements avaient cessés mais les blessures internes étaient toujours aussi alarmantes même si les flèches semblaient petites.

C’est alors qu’Athéna fit son apparition au refuge. Surprise, elle interrogea sur l’accident. Somnifera lui résuma rapidement la situation alors qu’Helle lui demanda si elle ne pouvait pas faire quelques soins pour les aider. Athéna évoqua sa magie de l’eau pour le soin alors que Somni insista sur l’inefficacité de la magie blanche. Helle la pria de la laisser essayer. Athena balança alors deux sorts de soin, sans aucun résultat. La magie blanche était réellement complètement inefficace sur le norn infecté.

Helle prit le temps de réfléchir quelques instants. Il n’y avait plus guère de solutions, et les soins traditionnels prendraient visiblement trop de temps pour agir. Hors du temps, ils n’en avaient pas. Elle pensa alors à son amie asura nécromante. Elle possédait l’art de la magie noire. Elle demanda un portail à Somni pour la conduire rapidement à elle…

Quelques instants plus tard, une petite dame apparut dans le refuge. Elle cherchait son chemin, alors Somni qui l’avait vu, lui fit signe de venir dans sa direction. La petite nécromante ne manqua pas de la qualifier de grande salade après l’avoir confondu avec une silvari. La pauvre avait sûrement du oublier ses lunettes, ce qui ne rassura pas Somni.





Amboise une fois sur place, analysa le corps inerte du norn et le secoua comme s’il s’agissait d’un gros sac de viande. Athéna rétorqua qu’elle avait plutôt intérêt à le remettre vite sur pieds si c’était pour le malmener ainsi. Amboise n’écoutait pas les piaillements de la petite humaine, ni même de la grande norn qui lui demandait sans cesse si elle pouvait le sauver.
Elle se positionna près de chacune des plaies et balança de biens obscurs sorts. La magie noire pénétra son corps sous le regard perturbé des deux magiciennes blanches.
Après de longues minutes d’attentes, Amboise s’interrompit enfin et tapota chacune des plaies. La magie avait opérée. Il était tiré d’affaire. Elle préconisa à Somnifera de le laisser se reposer quelques temps au calme. Somni enlaça fort celle qu’elle qualifiait de petite souris. Elle la remercia plusieurs fois avant de lui proposer un portail pour retourner chez elle. La petite Amboise sceptique rechigna et la grande norn fit entendre ses qualités indéniables d’envoûteuse et montra qu’elle n’acceptait qu’on sous-estime ainsi sa magie. La nécromante finit par accepter même si elle doutait toujours.
Somnifera salua rapidement Athéna et partit par un portail magique, pour mener Istorn à l’abri.
avatar
The-weird-angel
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 12/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le refuge en danger: "J'aurais du mourir aujourd'hui"

Message par The-weird-angel le Ven 15 Nov - 16:11

Un grand merci a Bastien qui a écrit une partie de ce rp:)
avatar
The-weird-angel
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 12/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum